Les petites canailles

J’ai amorcé le projet photo intitulé « Les petites canailles » lors d’un stage avec la photographe Claudine Doury à Angers, ville que je ne connais pas bien. Un peu déçue par les commentaires de Claudine sur mes photos, « trop carte postale » à son goût, je ne savais pas bien par où commencer et quel sujet traiter. Elle m’oriente vers une photographie de nuit pour capter une ambiance onirique comme je l’ai parfois fait. Pas facile, d’autant que sur 3 jours de stage, je n’avais pas envie d’attendre la nuit pour me lancer dans la ville.

Je pars la fleur au fusil, avec Toni et Yann photographier Belle Beille, une banlieue populaire au sud-ouest d’Angers. Onirique, ce n’est pas le mot qui me vient à l’esprit quand que je découvre ce quartier bétonné… Je m’essaie à quelques photos d’architecture, mais il faut bien avouer que c’était assez peu probant… Je me suis alors dirigée vers un groupe d’ados en leur demandant si je pouvais les photographier. La réponse a été sans appel : NON

Pourtant 5 minutes tard, les plus jeunes d’entre eux reviennent vers moi me demandant de les prendre en photos. Ils posent d’abord fièrement puis ils font semblant de se battre : enfin quelque chose d’intéressant, spontané. Les photos sont bien ; pourtant vous ne le verrez pas. Le grand frère m’a interpellée et m’a obligée à les effacer. C’est un coup dur mais je persévère en suivant mon intuition. J’ose aller au contact, faire de portraits volés serait trop dangereux. Je finis par rencontrer  des enfants enjoués qui me permettent d’entrer dans leur univers. Maïssa, Latifa et ses frères me serviront de guides pendant ces trois petits jours où j’ai tenté de capter le monde de ces enfants insouciants dans une cité « où les grands font des bêtises ».

Assez de mots je vous propose de découvrir en images mon histoire des « Petites canailles de Belle Beille ».